Entrepreneurs incubés au CIPMEN

A Niamey, le CIPMEN incube les startups innovantes du Niger

Thomas Gilquin, Gilquin, Business Developer au CIPMEN et membre du programme Afrique Innovation

Encore mal répartis sur le continent, les hubs technologiques sont néanmoins de plus en plus nombreux à fleurir en Afrique. Au Niger, le CIPMEN a lancé ses activités il y a trois ans. C’est le deuxième incubateur qui a vu le jour dans la région ouest-africaine, après le CTIC Dakar au Sénégal.

Né d’un partenariat public-privé, le CIPMEN accompagne les PME innovantes dans un écosystème entrepreneurial encore difficile. Rencontre avec Thomas Gilquin, Business Developer au CIPMEN et membre du programme Afrique Innovation.

Au Niger, le principal défi est de créer des emplois pérennes pour les générations futures, grâce aux PME.

APRÈS 3 ANS D’ACTIVITÉ, BILAN PLUS QUE RÉUSSI POUR L’INCUBATEUR

Le bilan est extrêmement positif, puisque le CIPMEN a atteint, et même largement dépassé, les objectifs fixés lors de sa création. Le chiffre d’affaire cumulé atteint par exemple les 700 millions de FCFA, l’incubateur a accompagné près de 600 entreprises et formé plus de 1000 personnes.

“Aujourd’hui, le CIPMEN aide même d’autres incubateurs à se créer. Nous avons ainsi accompagné deux incubateurs, l’un au Mali et l’autre en Guinée.”

La première promotion d’incubés vient tout juste se terminer. Parmi l’ensemble des PME accompagnées par le CIPMEN, Thomas Gilquin tient à nous présenter deux projets. Le premier, E3Dcommercialise entre autres des savons naturels aux propriétés anti moustique et antiseptique. Le projet a récemment reçu le prix Total “Startupper de l’année”.

Le second projet s’appelle Joboa et fait partie de la nouvelle promotion d’incubés. Cette plateforme se veut être le leader de l’offre d’emploi en ligne dans la sous-région. Joboa propose aussi des services de sourcing et de formation.

CIPMEN incubateur de startup au Niger

DÉVELOPPER UN ENTREPRENEURIAT INNOVANT ET DURABLE AU NIGER

En avril 2014, l’appui d’Orange et d’autres groupes privés (tels que le fonds Sinergi, Bolloré, Total, Veolia ou Bank of Africa) contribuait au lancement du CIPMEN : “Partenaires publics et privés sont partis du même constat : les PME jouent un rôle essentiel dans la création d’emploi. Aider l’entrepreneuriat, c’est donc soutenir le développement du pays.”

Dirigé par Almoktar Allahoury, Ingénieur-conseil en stratégie, l’incubateur accompagne les porteurs de projets dans leur phase de création, de développement et de croissance. Quatre secteurs principaux sont privilégiés : l’environnement, les énergies renouvelables, la technologie et l’agrobusiness.

Pour cela, le CIPMEN propose deux types d’accompagnement : la pré-incubation et l’incubation. La pré-incubation est destinée aux porteurs de projet encore au stade de l’idée et qui n’ont pas encore lancé leur activité. Les formations à l’entrepreneuriat de 4 à 6 mois leur permettent ainsi de structurer leur projet.

L’incubation quant à elle, est réservée aux entrepreneurs qui ont déjà généré un chiffre d’affaire, même minime. Durant cet accompagnement de 3 ans, les entrepreneurs bénéficient de locaux équipés, de conseil professionnel et de facilité d’accès au financement. Par la suite, ils suivent des formations régulières et peuvent s’appuyer sur tout un réseau de mentors.

La Secrétaire Générale de la Francophonie Michaëlle Jean au CIPMEN
Visite au CIPMEN de Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de la Francophonie.

L’OBJECTIF DU CIPMEN : AMÉLIORER LE TAUX DE SURVIE DES PME NIGÉRIENNES

Dans les pays d’Afrique subsaharienne, 85% des PME ne survivent pas à la 2ème année d’activité. Le Niger n’échappe pas à la règle. Après avoir lancé leur activité, la majorité des startup et PME ont du mal à pérenniser leur activité.

Thomas Gilquin en témoigne : “Moins du tiers des entreprises nouvellement créées survivent après la phase de lancement”. Autant dire que le rôle d’une structure comme le CIPMEN est crucial dans l’amélioration des chances de survie des PME nigériennes.

“Le Niger doit relever de nombreux défis. Défi en termes de développement humain, défi démographique, défi environnemental… Le Niger fait notamment partie des pays les plus touchés au monde par le réchauffement climatique.”

Mais comme Thomas Gilquin le souligne, le pays connaît aussi l’uns des taux de natalité les plus élevés du monde : en moyenne 7,57 enfants par femme. Et avec un taux de mortalité qui recule de plus en plus, les jeunes seront nombreux à arriver sur le marché de l’emploi d’ici quelques années. Le plus grand atout du Niger, c’est donc certainement sa jeunesse.

Vous souhaitez apparaître dans le Magasine ou publier un article ?

Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !

Tags:
Morgane
morgane@sekou.org

Après plusieurs années dans les RH, j'ai développé un sens relationnel aigu et une réactivité à toute épreuve. Curieuse invétérée qui s’émerveille d’un rien, j'ai pris le virage du digital à travers la création de contenus web et le social media. Mes domaines de prédilection : l’art, les nouvelles technologies, l’environnement et la photo.

Pas de commentaires

Poster un commentaire